X-Men Origins : Wolverine

Le colis est arrivé hier matin à la maison. Aussitôt déballé, aussitôt enfourné !
J’ai vraiment hâte d’incarner l’un de mes super-héros fétiche. Mais je vais très vite déchanter…

Première déception dès le menu d’accueil : le choix de la difficulté.
Il n’est pas possible de choisir le mode difficile d’emblée. Un parti pris que je n’aime pas vraiment de la part des développeurs qui rallongent ainsi artificiellement la durée de vie de leurs jeux.
Je sais déjà à ce moment que je vais devoir recommencer le jeu plusieurs fois pour tenter le platine 😐

Après une cinématique on ne peut plus gore en guise d’immersion et l’aventure commence par une scène de combat. Pas le temps de dire ouf et déjà une deuxième déception :
Ça scintille et ça clippe. Bref ! Ça fait mal au yeux. 8-|
Les décors sont cheap et les ennemis sont tous sortis du même moule.
A priori Raven Software a négligé les graphismes et n’est manisfestement pas préoccupé par la minutie du détail. A titre de comparaison les premiers God Of War remasterisés en HD sont nettement plus beaux bien qu’ils datent de plusieurs années.

En tout cas, Wolverine à visiblement l’air d’être furax. Il est vif, saute et virevolte nerveusement dans tout les sens. La prise en main est immédiate et efficace . Un bon point !
Mais j’ai une étrange sensation. Les griffes de Logan m’ont l’air d’être en plastique et, bien que le sang coule à flot,  je doit m’acharner sur les ennemis pour les terrasser. Bizarre !
J’aurai préféré un personnage peut-être plus lourd mais plus puissant. 🙁

J’avance un peu, les scènes de combat se répètent.
Le scénario dont la linéarité n’a d’égal que sa brutalité ne m’emballe pas plus que ça pour l’instant.
Je fouille un peu mais pas trop. De toute façon notre agacé de service qui fait des bons de deux mètres est incapable de monter sur des rochers de 50 centimètres, le farfouillage est donc très limité.

J’affronte une nouvelle vague d’ennemis que j’expédie aussi sec en enfer. Et enfin, je casse quelques planches qui me libère un passage dérobé.
Seulement voilà, il en reste un zigoto au fond qui me tire dessus.
« Il me saoule celui la ! Et si j’allais le trancher histoire d’être peinard pour visiter cette petite grotte » 😈
Je m’approche, le vise et bondis avec la ferme intention de le dézinguer. Tiens tiens ! Une sauvegarde auto…
… et là… oh non… impossible de retourner en arrière.
Et ma grotte bordel de merde ! 👿

Troisième déception en à peine 3/4 d’heure de jeu, la saturation est imminente.
Une vingtaine de minutes plus tard, j’éjectais la galette pour retourner sur Battlefield.

Comme vous l’aurez compris, je n’ai pas été séduit par Wolverine et ce n’est pas faute de lui vouer un culte.
Je vais quand même lui donner une seconde chance car je ne déclare pas forfait aussi vite. Mais ce qui m’embête le plus c’est que je sens que je vais me taper ce jeu trois fois si je veux le platine :
1 – Mode Rush (difficulté normale) : je termine le jeu une première fois en ne me posant pas trop de questions et en laissant de côté un bon nombre d’items.
2 – Mode Canaille (difficulté facile) : je refais le jeu de manière plus posée avec l’ordi pas loin pour ne pas me faire pigeonner et être sur de tout ramasser.
3 – Mode J’dérouille (niveau difficile) : les ennemis seront coriaces mais de toute façon j’aime souffrir 😡

Laisser un commentaire